• Litalienne_à_Alger_MLeiser_PCaurier(c)Monika_Rittershaus(2)
  • Salzbourg-Sacher-Bildergallerie(c)lhw
  • Litalienne_à_Alger_Cecilia_Bartoli(c)Monika_Rittershaus(1)-460x260
  • Sonya-Yoncheva(c)site
  • Mariss-Jansons3
  • Salzbourg-Sacher-ext-(c)lhw2

Votre séjour

  • Samedi 11 août - Salzbourg
  • À 21h, au Grosses Festspielhaus :
     
         YUJA WANG / GRUBINGER
    Europera
    Yuja WangPiano
    Martin Grubinger jun.Percussion
    Alexander GeorgievPercussion
    Leonhard SchmidingerPercussion
    Martin Grubinger sen.Percussion
         Œuvres de Béla Bartók et Igor Stravinsky
     
     
    Si Yuja Wang appartient bien à une tradition, c’est moins à celle de son pays d’origine, la Chine, qu’elle a quittée à quatorze ans, qu’au grand piano américain. Le monde du piano l’a surnommée « The flying fingers », en raison de ses capacités digitales exceptionnelles. Mais si la virtuosité de son jeu soulève, à juste titre, l’enthousiasme du public, son insatiable curiosité a convaincu jusqu’aux sceptiques. Honnête, humble, la jeune pianiste ne cesse d’apprendre, d’approfondir un répertoire dont elle sait parfaitement l’immensité, aux côtés de partenaires musicaux comme Martin Grubinger, le nouvel astre de la percussion soliste, et autre étincelant « showman ». Deux grands artistes d’aujourd’hui qui partagent une même humilité face au texte musical pour découvrir ou redécouvrir la merveilleuse Sonate pour deux piano et percussions de Bela Bartók.
  • Dimanche 12 août - Salzbourg
  • À 15h, à la Felsenreitschule :
     
         SALOMÉ, de R. Strauss
         Orchestre philharmonique de Vienne
    Europera
    Franz Walser-MöstDirection musicale
    Romeo CastellucciMise-en-scène
    John DaszakHérode
    Anna Maria ChiuriHérodiade
    Asmik GrigorianSalomé
    Gábor BretzJokanaan
    Julian PrégardienNarraboth
    Avery AmereauLe page d’Hérodiade
     
    En 1905, Richard Strauss fait scandale en s’inspirant d’une sulfureuse pièce d’Oscar Wilde. Car tout est démesuré dans Salomé. L’intrigue, où la jeune princesse antique aime le prophète Jean-Baptiste au point de vouloir le décapiter, l’écriture vocale qui nécessite une tessiture considérable du grave à l’aigu, et surtout la torrentielle écriture orchestrale, émaillée de morceaux de bravoure comme La Danse des sept voiles. L’œuvre idéale en somme pour le chef autrichien Franz Welser-Möst, main de fer dans un gant de velours à la tête du Philharmonique de Vienne, qui pourra compter sur une équipe vocale infaillible et engagée, l’incandescente soprano lituanienne Asmik Grigorian en tête.
    Les fidèles de l’Opéra de Paris se souviennent sans doute des images indélébiles de Moise et Aaron de Schönberg. Le metteur en scène Roméo Castellucci promet une Salomé d’une beauté plastique inouïe associée à une réflexion philosophique sur le visible et le sacré. Dans sa note d’intention générale, le dramaturge italien annonce une héroïne plus humaine, et moins cruelle qu’à l’accoutumée.
     
    À 18h, à la Haus für Mozart :
     
         LE COURONNEMENT DE POPÉE, de C. Monteverdi
         Les Arts Florissants
    Europera
    William ChristieDirection musicale
    Jan LauwersMise-en-scène
    Sonya YonchevaPoppea
    Kate LindseyNero
    Stéphanie d’Oustrac
    Octavia
    Carlo VistoliOttone
    Renato DolciniSeneca
    Ana QuintansDéesse de la Vertu/Drusilla
     
    Le Couronnement de Poppée est le premier opéra basé, non sur des mythes, mais sur des événements historiques. Le livret, dû à Giovanni Francesco Busenello (1598-1659), est un foudroyant précis de passions humaines : pas d’innocents ni d’oies blanches, mais des personnages troubles cédant à l’ambition ou aux pulsions physiques. Toutes et tous sont ici coupables : Poppea d’ambition démesurée, Néron d’autoritarisme né d’une sensualité débridée, Ottavia d’un abus de pouvoir non moins assumé. Pour mettre en scène ce chef d’œuvre de cantar recitando (« chanter en disant »), le Festival de Lucerne a fait appel au metteur en scène néerlandais Jan Lauwers, à l’imaginaire foisonnant et débridé. L’équipe musicale relève de l’idéal : William Christie dirige les Arts Florissants et un cast vocal à se damner. Le trio de tête (Yoncheva, Lindsey, D’Oustrac) est exceptionnel et les seconds rôles réservent de belles promesses (Quintans, Desandre, Ancely…).
     
  • Lundi 13 août - Salzbourg
  • À 19h, au Grosses Festspielhaus : 
     
         LA DAME DE PIQUE, de P.I. Tchaïkovski
         Orchestre philharmonique de Vienne
    Europera
    Mariss JansonsDirection musicale
    Hans NeuenfelsMise-en-scène
    Brandon JovanovichHermann
    Vladislav SulimskyComte Tomsky/Plutus
    Igor GolovatenkoPrince Eletsky
    Evgenia MuravevaLisa
    Oksana VolkovaPauline/Daphnis
    Hanna SchwarzComtesse
    Stanislav TrofimovSourine
    Gleb PeryazevNarumoff
    Margarita NekrasovaGouvernante
    Julia SuleymanovaChloé
     
    Avec son romantisme à fleur de peau, rehaussé d’une pointe de fantastique, La Dame de Pique s’est imposée comme l’opéra russe par excellence. Avec une maestria qui renouvelle le triomphe d’Eugène Onéguine, Tchaikovsky donne corps aux personnages de Pouchkine. Dans les ors de la cour de Catherine II de Russe, un homme sombre peu à peu dans l’addiction au jeu de cartes et la folie dévastatrice. Le fatum omniprésent, typique des dernières partitions de Tchaïkovsky, esquisse un autoportrait lucide et émouvant du compositeur.
  • Mardi 14 août - Salzbourg
  • À 15h, à la Haus für Mozart
     
         L’ITALIENNE À ALGER, de G. Rossini
         Ensemble Matheus
    Europera
    Jean-Christophe SpinosiDirection musicale
    M. Leiser / P. CaurierMise-en-scène
    Cecilia BartoliIsabella
    Ildar AbdrazakovMustafa
    Edgardo RochaLindoro
    Alessandro CorbelliTaddeo
    José Coca LozaHaly
    Rebeca OlveraElvira
    Rosa BoveZulma
     
    L’Italiana in Algeri est en fait un ouvrage de substitution, Rossini écrivant en une petite vingtaine de jours, selon la légende, pour pallier à la défection de Carlo Coccia incapable de répondre à la commande du Teatro San Benedetto. Triomphe lors de la première, le 22 mai 1813, avec l’Isabella de Marietta Marcolini, qui avait déjà brillé dans Ciro in Babilona et La Pietra del paragone. Agé de 21 ans, Rossini déclenche un véritable ouragan et se révèle ici étourdissant de virtuosité orchestrale et bien sûr vocale. Surtout, il atteint des sommets de comique absurde, avec le finale de l’acte I, dont les onomatopées sont sans équivalent, y compris dans la production de Rossini lui-même. Mais c’est à travers le rôle d’Isabella, et son fameux air Cruda Sorte que Rossini embrase irrésistiblement les planches. La légendaire Cecilia Bartoli signe son retour au Festival de Salzbourg avec un de ses rôles favoris, entourée d’une équipe de fidèles (les metteurs en scène français Caurier et Leiser, le chef Jean-Christophe Spinosi). Ses partenaires (Rocha, Abdrazakov, Corbelli) sont prestigieux et préfigurent un spectacle à la qualité de jeu exceptionnelle. 
  • Mardi 14 août - Salzbourg
  • À 21h, au Grosses Festspielhaus :
     
         DANIIL TRIFONOV 
    Europera
    Daniil TrifonovPiano
    P.I. TchaïkovskiUn poco di Chopin op. 72/15
    S. RachmaninovVariations sur le thème de Chopin op. 22
    F. Chopin
    Variations sur « Là ci darem la mano » pour piano et orchestre op. 2 ; 
    Sonate pour piano n° 2 en do mineur op. 35
     
    On connait la phrase de Martha Argerich en découvrant le jeu de Daniil Trifonov : « je n’ai jamais rien entendu de tel ! ». Depuis ses prix au Concours Chopin et Tchaikovsky en 2010 et 2011, le pianiste russe stupéfie le monde musical par la grâce de son jeu et la profondeur de son timbre. Désormais fermement installé à l’empyrée des musiciens, Daniil Trifonov sidère également par l’intelligence et la maturation de son développement. Le récital qu’il propose au Festival de Lucerne est un modèle de genre : consumé par son art, le virtuose moscovite propose un exceptionnel programme qui place Chopin en regard de ses héritiers tels Grieg, Tchaikovsky, Rachmaninov et Mompou. La vaste Sonate n°2 couronne ce sublime portrait du compositeur polonais.

SALZBOURG - Festival d'été

Du 11 au 15 août 2018
 

Le Festival musical estival est le grand rendez-vous annuel de Salzbourg. Sous la direction de Markus Hinterhäuser, l’édition 2018 se place sous la thématique de la passion et de l’extase, comme en témoigne une nouvelle production de Salomé de Strauss mise en scène par le grand homme de théâtre italien Roméo Castellucci, ou La Dame de Pique de Tchaïkovsky enchantée par le chef letton Mariss Jansons. A Salzbourg, les distributions vocales sont exceptionnelles, notamment Le Couronnement de Poppée (Yoncheva, Lindsey, D’Oustrac) ou L’Italienne à Alger (la légendaire Cecilia Bartoli dans un de ses rôles fétiches).

 
  • Votre hôtel au choix
  • Hôtel Star Inn Gablerbräu (***)
  • Au pied du pont menant à la Vieille ville, le Star Inn Gablerbräu (***) est situé dans un ancien bâtiment médiéval du 15e siècle. Les chambres sont modernes et confortables, le service agréable.
  • Hôtel am Mirabellplatz (****)
  • Face au château de Mirabell et à quelques minutes de la Vieille ville, l’hôtel Am Mirabellplatz (****) est un hôtel simple mais de qualité, où tout est fait pour rendre votre séjour agréable.
  • Hôtel Stein (****)
  • Idéalement situé dans le cœur de la vieille ville, l’hôtel Stein (****) se partage entre mémoire de Mozart (Salzbourg oblige) et goût de ce design des années 50 si élégant et inventif.
  • Hôtel Sacher Salzburg (***** supérieur)
  • Sur les rives de la Salzach, face au panorama grandiose de la vieille ville, de la Forteresse et des Alpes, le Sacher est un hôtel de grande tradition, à l’élégance et au service irréprochables.
  • Prix par personne
  • Star Inn : 
    Forfait en chambre double Business : 3 470 €
    Supplément chambre individuelle Standard : 256 €
    Supplément chambre individuelle Business : 520 €
     
    Am Mirabellplatz : 
    Forfait en chambre double : 3 430 €
    Supplément chambre individuelle : 140€
     
    Stein :
    Forfait en chambre double : 3 990 €
    Supplément chambre individuelle : 768 €
     
    Sacher : 
    Forfait en chambre double Deluxe : 4 990 €
    Supplément chambre individuelle Superior : 996 €

  • Ces prix comprennent
  • l’hébergement en chambre double avec petit déjeuner pour 4 nuits • la taxe de séjour • les places de spectacle en première catégorie • l’assistance rapatriement. 
  • Ces prix ne comprennent pas
  • les extras • le transport • les transferts aéroport.
  • Séjour individuel
  • Transport et transferts aéroport sur demande.
Imprimer ce programme  Imprimer ce programme Envoyer à un ami  Envoyer à un ami
Opera Online
La Fugue
Europera
Europera
Nom de votre ami :
E-mail de votre ami :
Votre nom :
Votre e-mail :
Votre message :
Envoyer