• Martha-Argerich-4
  • Berlin-Staatsoper(c)MaxLautenschläger
  • NinaStemmeTristanundIsolde(c)KenHowardMetropolitanOpera
  • Rene-Pape

Votre séjour

  • Mercredi 28 mars - Berlin
  • À 18h, à la Staatsoper Unter den Linden :
     
         FALSTAFF, de G. Verdi
         Orchestre de la Staatskepelle Berlin
         Chœur de la Staatsoper Unter den Linden
    Europera
    Daniel BarenboïmDirection musicale
    Mario Martone
    Mise en scène
    Michael Volle Sir John Falstaff
    Simone PiazzolaFord
    Francesco DemuroFenton
    Jürgen SacherLe Docteur Caïus
    Maria Agresta Miss Alice Ford
    Nadine SierraNannetta
     
    C’est un Falstaff tambour battant que propose le metteur en scène italien Mario Martone. Une véritable « folle journée » verdienne, où les innombrables intrigues se nouent et se dénouent à un rythme endiablé. Dans le rôle-titre, Michael Volle promet une prise de rôle très attendue. De Falstaff, le grand baryton allemand a la carrure, la bonhomie mélancolique, l’impayable distance ironique, à la fois monstrueuse et touchante, au diapason de la célèbre maxime finale de l’opéra de Verdi : « le monde n’est qu’une farce ».
     
    Parmi l’exceptionnelle distribution vocale, on applaudira également l’Alice de Maria Agresta et la délicieuse Nannetta de Nadine Sierra. L’une est une grande Traviata. L’autre vient de triompher dans Rigoletto à l’Opéra Bastille. Sous la direction de Daniel Barenboïm, c’est bien un tourbillon de commedia dell’arte, à la fois doux et amer, qui soufflera sur la nouvelle salle de la Staatsoper de Berlin !
         Operaonline : en savoir plus sur l'oeuvre.
     
     
  • Jeudi 29 mars - Berlin
  • À 20h, à la Philharmonie de Berlin - Grosser Saal :
     
         LE MARTYR DE SAINT SEBASTIEN, de C. Debussy
         Orchestre de la Staatskepelle Berlin
         Chœur de la Staatsoper Unter den Linden
    Europera
    Daniel BarenboïmDirection musicale
    Martha ArgerichPiano
    Anna ProhaskaSoprano
    Anna LapkovskajaAlto
    Marianne CrebassaMezzo-soprano
     
    C’est l’un des trésors les plus attachants du répertoire français. En 1910, Debussy rencontre le dramaturge italien Gabriele d’Annunzio, et lui, d’ordinaire si parcimonieux de son génie, laisse librement parler son cœur. Car le compositeur n’a peut-être rien écrit de plus beau que ce Martyre de Saint-Sébastien : une pâte orchestrale envoûtante, des ensembles vocaux époustouflants (parmi les invités exceptionnels de cette version de concert, les merveilleuses Anna Prohaska et Marianne Crebassa), et un souffle panthéiste qui étreint et bouleverse. 
     
    L’affiche pour ce « Parsifal français » offre une étonnante découverte : l’actrice Maria Furtwängler, l’arrière-petite-fille du célèbre chef d’orchestre, pour incarner le texte de D’Annunzio. Quant à la Fantaisie pour orchestre, écrite à Rome en 1890 lors du séjour romain du compositeur, elle est mieux qu’une découverte debussyste puisque Daniel Barenboïm y dirige son amie de toujours, la grande, la « lionne du piano », l’unique Martha Argerich.
  • Vendredi 30 mars - Berlin
  • À 16h, à la Staatsoper Unter den Linden :
     
         PARSIFAL, de R. Wagner
         Orchestre de la Staatskepelle Berlin
         Chœur de la Staatsoper Unter den Linden
    Europera
    Daniel BarenboïmDirection musicale
    Dmitri TcherniakovMise en scène
    Lauri VasarAmfortas
    René PapeGurnemanz
    Andreas SchagerParsifal
    Nina StemmeKundry
     
    Un Parsifal sans Croix ni Christ : c’est le pari que réussit ici brillamment Dmitri Tcherniakov. Le metteur en scène russe revient aux sources du christianisme, en délestant le « festival scénique sacré » wagnérien de tout décorum religieux. Il n’y aura ainsi pas de grandes cérémonies ni de tableaux vivants héroïques, mais une quête de l’humain au plus près des visages. Avec sa belle voix saine, Andreas Schager sera un Parsifal vif et ardent, l’estonien Lauri Vasar un Amfortas bouleversant, bien soutenu par l’extraordinaire qualité instrumentale de la Staatskapelle de Berlin sous la direction chaleureuse et sensuelle de Daniel Barenboïm. Et lorsque des chanteurs du calibre de René Pape en Gurnemanz et Nina Stemme en Kundry s’emparent du texte de Wagner, puissance, musicalité, envoûtement et sens du mot s’allient miraculeusement à l’ascèse de la mise en scène pour faire entendre la bouleversante musique de Wagner comme au premier jour.
         Operaonline : en savoir plus sur l'oeuvre.
  • Samedi 31 mars - Berlin
  • À 16h, à la Philharmonie de Berlin – Grosser Saal :
     
         DUO RECITAL
    Europera
    Martha ArgerichPiano
    Daniel BarenboïmPiano
     
    R. Wagner : Le Vaisseau Fantôme, Ouverture
    (transcription pour deux pianos de C. Debussy)
     
    C. Debussy:
    Six épigraphes antiques pour duo de piano
    En blanc et noir pour deux pianos
    Lindaraja pour deux pianos
    Prélude à l’après-midi d’un faune (version pour 
    duo de piano)
    La mer (version pour deux pianos)
     
    Ils se connaissent depuis leur enfance à Buenos Aires. Les deux prodiges, depuis, ne se sont jamais oubliés, amis et complices, jouant volontiers ensemble en duo ou en musique de chambre. L’un est chef d’orchestre, directeur d’opéra, pianiste à la sonorité ample et généreuse ; la seconde est fantasque, féline, lumineuse avec ce zeste d’insolence qu’autorise le génie. Daniel Barenboïm et Martha Argerich offrent un récital exceptionnel à la Philharmonie de Berlin dans lequel leurs deux pianos promettent de faire entendre les plus belles couleurs de l’orchestre de Debussy. 

BERLIN - Festival de Pâques

Du 28 mars au 1 avril 2018
 

À Pâques, la somptueuse programmation des Festtage de l’Opéra d’Etat, inaugurés en 1996, ajoute à la prodigieuse vie culturelle de Berlin une dimension lyrique symphonique. Dans l’écrin entièrement rénové de la Staatsoper (cela, seul, justifierait la venue à Berlin !), son directeur, le célèbre pianiste et chef Daniel Barenboim, propose deux chefs d’œuvre absolus de l’opéra, Falstaff et Parsifal, et invite ses prestigieux amis : Maria Agresta, Martha Argerich, Nina Stemme, René Pape

 
  • Votre hôtel au choix
  • Hôtel Regent Berlin (*****)
  • A quelques pas de la Staatsoper et du si joli Gendarmenmarkt, le Regent Berlin est assurément l’un des plus beaux hôtels de la ville. Antiquités, objets d’art, mobilier fastueux lui confèrent une élégance classique.
  • Prix par personne
  • Forfait en chambre double : 2 170 €
    Supplément chambre individuelle : 340 €
     

  • Ces prix comprennent
  • l’hébergement en chambre double avec petit déjeuner pour 4 nuits • la taxe de séjour • les places de spectacle en première catégorie • l’assistance rapatriement. 
  • Ces prix ne comprennent pas
  • les extras • le transport • les transferts aéroport.
  • Séjour individuel
  • Transport et transferts aéroport sur demande.
Imprimer ce programme  Imprimer ce programme Envoyer à un ami  Envoyer à un ami
Opera Online
La Fugue
Europera
Europera
Nom de votre ami :
E-mail de votre ami :
Votre nom :
Votre e-mail :
Votre message :
Envoyer