• Cecilia-Bartoli(c)DeccaClassics©UliWeber
  • Salzbourg3(c)TourismusSalzburg
  • Benjamin-Bernheim(c)JBenhamou
  • Salzbourg-Sacher-ext(c)lhw1

Votre séjour

  • Samedi 19 mai - Salzbourg
  • À 19h, à la Haus für Mozart :
     
         LA PÉRICHOLE, de J. Offenbach
         Version de concert
         Les Musiciens du Louvre
         Chœur de l’Opéra National de Bordeaux
    Europera
    Mark MinkowskiDirection musicale
    Salvatore CaputoChef de choeur
    Aude ExtremoLa Périchole
    Benjamin BernheimPiquillo
    Laurent AlvaroDon Andres de Ribeira
    Lea DesandreMastrilla/ Frasquinella
     
    En cette année 1868, date de la disparition de Rossini qui sert de fil rouge au Festival, on découvre à Paris, au Théâtre des Variétés, le nouvel opus de Jacques Offenbach, La Périchole, joyeux opéra bouffe, pourtant boudé par son premier public. La faute peut-être à un livret peu conventionnel. En effet, ses deux héros n’ont rien de glorieux : saltimbanques sans le sou, Piquillo et La Périchole ne peuvent plus résister à la faim qui les tenaille. La jeune femme quitte son amant pour chercher le bonheur (et surtout la satiété) dans les bras d’un souverain peu scrupuleux.
  • Dimanche 20 mai - Salzbourg
  • À 11h, au Grosses Festspielhaus :
     
         CONCERT GRIEG / TCHAÏKOVSKI
         Staatskapelle de Berlin
    Europera
    Daniel BarenboimDirection musicale
    András SchiffPiano
    G. RossiniOuverture du Sémiramis mélodrame tragique
    E. GriegConcerto pour piano et orchestre en la mineur op. 16
    P. I. TchaïkovskiSymphonie n° 1 en sol mineur op. 13 – “Winter Dreams”
     
    Année décidément marquante dans l’histoire de la musique, 1868 verra naître deux grands chefs d’œuvre romantique, le Concerto pour piano de Grieg et la première symphonie de Tchaïkovski, sous-titrée « Rêves d’hiver ». Inspirés par le folklore de leurs pays respectifs, la Norvège et la Russie, les deux compositeurs, âgés d’une vingtaine d’années, livraient, à quelques mois d’intervalle deux pièces majeures de leurs catalogues.
     
    À 15h, au Mozarteum :
     
         HOMMAGE À MANUEL GARCIA
         Les musiciens du Prince - Monaco
    Europera
    Gianluca CapuanoDirection musicale
    Javier CamarenaTénor
    G. RossiniArias de Ricciardo e Zoraide et du Barbier de Séville
    M. GarcíaArias de El poeta calculista
     
     
    Doté d’un ambitus vocal exceptionnel, lui permettant de chanter à la fois des rôles de baryton mozartiens, tels que Don Giovanni ou le Comte Almaviva, aussi bien que les redoutables vocalises des ténors rossiniens, le chanteur et compositeur espagnol Manuel Garcia fascinait les foules. Ce récital de Javier Camarena rendra hommage à ce talent exceptionnel qui a marqué le début du 19e siècle et lui donnera deux de ses plus grandes voix, ses filles Maria Malibran et Pauline Viardot. 
     
    À 19h, à la Haus für Mozart :
     
         L’ITALIENNE À ALGER, de G. Rossini 
         Nouvelle production
         Ensemble Matheus
         Chœur de la Philharmonie de Vienne
    Europera
    Jean-Christophe SpinosiDirection musicale
    Walter ZehChef de choeur
    P. Caurier & M. LeiserMise en scène
    Cecilia BartoliIsabella
    Peter KálmánMustafà
    Edgardo RochaLindoro
    Alessandro CorbelliTaddeo
    Rebeca OlveraElvira
    José Coca Loza Haly
    Rosa BoveZulma
     
    Premier véritable opéra buffa d’un jeune Rossini de 21 ans, L’Italienne à Alger, composé en moins d’un mois, triompha dès sa création dans toute l’Italie. Décrit par Stendhal comme la « folie organisée et complète », l’ouvrage est considéré comme un « opéra turc » dans la veine de L’enlèvement au Sérail avant lui. Mais à l’inverse de Mozart, Rossini moque les conventions, et la belle Italienne qu’il faudra libérer du joug d’un sultan tyrannique est ici un prisonnier, Lindoro, sauvé par une femme, Isabella.
  • Lundi 21 mai - Salzbourg
  • À 11h, au Mozarteum : 
     
         RÉCITAL MAXIM VENGEROV
         Camerata Salzbourg
    Europera
    M. BruchConcerto pour violon et orchestre en sol mineur op. 26
    C. Saint-SaënsIntroduction et Rondo capriccioso pour violon et orchestre en la mineur op. 28
    Havanaise pour violon et orchestre en ré majeur op. 83
    P. TchaikovskiSérénade pour orchestre à cordes en do majeur op. 48
     
    Après un passage à vide au début des années 2000, notamment marqué par une blessure à l’épaule qui l’aura éloigné de la scène, c’est en 2011 que l’ancien enfant prodige revenait, plus époustouflant que jamais, au sommet de sa carrière de soliste. Depuis, toujours plus passionné, toujours plus exigeant, Maxim Vengerov parcourt le monde avec son Stradivarius de 1727 à la recherche de la perfection. Dans ce programme consacré à Bruch, Saint-Saëns et Tchaïkovski, le musicien montrera également une autre facette de son talent : la direction d’orchestre.
     
    À 18h, à la Haus für Mozart :
     
         CONCERT DE GALA 
         ROSSINI / WAGNER
         Staatskapelle Berlin
    Europera
    Daniel BarenboimDirection musicale
    Cecilia BartoliMezzo-soprano
    Rolando VillazónTénor
    Jonas KaufmannTénor
     
    Difficile de trouver, à l’écoute, un lien évident entre la musique de Rossini et celle de Wagner. Pourtant, lorsque ce dernier compose Lohengrin, il est obsédé par les thèmes de Guillaume Tell, qui paralysent presque son inspiration. Cette soirée de Gala rendra hommage au génie de ces deux grands représentants de l’opéra au 19e siècle. Pour le traditionnel concert de clôture du Festival, Cecilia Bartoli se paie le luxe de s’entourer des deux ténors les plus célèbres du monde ! 

SALZBOURG - Festival de Pentecôte

Du 19 au 22 mai 2018
 

Pour sa 7e année en tant que directrice artistique, la mezzo-soprano Cecilia Bartoli met Rossini à l'honneur, disparu il y a 150 ans. L’occasion pour la chanteuse de faire ses débuts scéniques dans le rôle d’Isabella dans une nouvelle production de L’Italienne à Alger, pour laquelle elle a convoqué ses complices de toujours, le chef Jean-Christophe Spinosi et le duo Patrice Caurier et Moshe Leiser, qui l’avaient déjà mise en scène dans sa toute première, et néanmoins déjà mémorable Norma en 2013 .

 
  • Votre hôtel au choix
  • Hôtel Star Inn Gablerbräu (***)
  • Au pied du pont menant à la Vieille ville, le Star Inn Gablerbräu (***) est situé dans un ancien bâtiment médiéval du 15e siècle. Les chambres sont modernes et confortables, le service agréable.
  • Hôtel am Mirabellplatz (****)
  • Face au château de Mirabell et à quelques minutes de la Vieille ville, l’hôtel Am Mirabellplatz (****) est un hôtel simple mais de qualité, où tout est fait pour rendre votre séjour agréable.
  • Hôtel Blaue Gans (****)
  • Au centre historique de Salzbourg, près de la maison natale de Mozart et face au grand théâtre du Festival, l’hôtel Blaue Gans (****) offre un harmonieux compromis entre tradition et modernisme.
  • Prix par personne
  • Star Inn : 
    Forfait en chambre double Business : 2 740 €
    Supplément chambre individuelle Standard : 117 €
    Supplément chambre individuelle Business : 189  €
     
    Am Mirabellplatz : 
    Forfait en chambre double : 2 750 €
    Supplément chambre individuelle : 96 €
     
    Blaue Gans :
    Forfait en chambre double Medium : 3 010 €
    Supplément chambre individuelle Medium : 456 €

  • Ces prix comprennent
  • l’hébergement en chambre double avec petit déjeuner pour 3 nuits • la taxe de séjour • les places de spectacle en première catégorie • une visite de ville • l’assistance rapatriement
  • Ces prix ne comprennent pas
  • les extras • le transport • les transferts aéroport
  • Séjour individuel
  • Transport et transferts aéroport sur demande.
Imprimer ce programme  Imprimer ce programme Envoyer à un ami  Envoyer à un ami
Opera Online
La Fugue
Europera
Europera
Nom de votre ami :
E-mail de votre ami :
Votre nom :
Votre e-mail :
Votre message :
Envoyer